L’histoire d’un voyage en République Dominicaine

l’idée de cet article m’est venu naturellement grâce à mon voyage en République dominicaine et l’expérience de vie vécu là-bas.

Avec d’un côté l’opulence et l’exagération d’un hôtel 5 étoiles All Inclusive comprenant boissons et alimentations à volonté toute la journée.

Plages paradisiaques,

lits suspendus en bord de plage,

services en tous genres (serviettes, animations, spectacles, excursions touristiques, dégustations, soirées….)

Et de l’autre la misère absolue à seulement quelques kilomètres.

Les enfants de 10 ans travaillent dans les champs de cannes à sucre 12 h par jour, n’ont pas l’électricité, ne connaissent qu’un seul ou 2 repas :

du riz et le sucre des cannes qu’ils récoltent, pour la somme de 2 euros à la journée…..

Le salaire moyen en République Dominicaine étant de 200 euros par mois, nous sommes bien loin de nos standards français.

Malgré le fait que la vie soit un peu moins cher, il n’en reste pas moins que l’écart reste disproportionné pour les dominicains qui ne peuvent pas prétendre à 20 % du confort que la majorité d’entre nous possède.

Ce manque de moyens oblige les locaux à réaliser leurs courses dans les petits marchés, ou l’hygiène alimentaire est pour le moins déplorable,

Les poissons, les abats, la viande, sont mise en exposition en plein soleil toute la journée, entre les fruits et légumes ainsi que les médicaments.

L’odeur est nauséabonde et les mouches sont omniprésentes autour des différents stands.

La pollution est bien marquée, la chaleur étouffante, les enfants font la manche pour pouvoir se nourrir pour la semaine.

Nous pistant de part nos chaussures NIKE et la montre au poignet (signe d’une grande richesse à leurs yeux).

Voici le contexte et la vie que mènent la plupart des habitants de ce pays…

Visite dans les champs de cannes à sucre

L’élément le plus marquant de mon voyage restera cette rencontre avec les enfants travailleurs dans ce petit village délabré,

sans électricité, en plein soleil entouré de cannes à sucre sur des dizaines de kilomètres.

Aucun signe d’urbanisation, la ville la plus proche étant à une h de route minimum….

Les enfants alternes travail dans les champs et école dans cet environnement…

A la base,

cette excursion était pour nous l’occasion de découvrir comment les gens récoltaient le sucre des cannes avec tous le processus jusqu’à la mise en distribution.

Mais le contexte émotionnel du à la condition de vie de ces dominicains à pris le dessus sur la récolte pourtant extrêmement intéressante, d’un produit que l’on consomme en excès chez nous.

(Inutile de vous dire que l’obésité n’existe pas ici, étrange non ? Pourtant, nous sommes dans un pays de merde, il parait, ou le stress est omniprésent, les conditions de vie déplorables, nous n’avons pas tous un écran 4 K !!)

Gratitude chaque jour pour la vie que je mène

Lorsque les enfants nous ont vu débarquer, il ne savait pas trop à quoi s’attendre.

Ils n’ont quasiment jamais rencontré de touristes ainsi que de personnes extérieures à leur communauté.

Quand nous avons sorti les gâteaux, muffins, pains aux chocolats, bonbons,

Des étoiles illuminaient leurs yeux !

Comme s’ils n’avaient jamais rien vu de tel ! Le bonheur de ces enfants à ce moment-là, restera graver en moi.

Certains mangeaient des sucreries pour la première fois……

Tous ça pour vous montrer à quel point, nos besoins et nos envies ne valent rien #bullshit.

Contrairement à la détresse de ces jeunes filles et garçons exploités dans les champs sous une chaleur tropicale à longueur d’année.

Contraste lors du retour à l’hôtel

Après cette excursion, nous rentrons dans notre hôtel luxueux ou le service est omniprésent, nous poussant vers la consommation, rapide, facile, varié et à volonté.

A l’heure du buffet, j’ai pu observer l’abus des gens.

Le manque de respect,

D’ouverture concernant la culture culinaire.

Des spécificités locales d’un pays tropical, au profil d’une alimentation industrielle et importée….

Du gaspillage dans les assiettes, et de l’abondance de cochonneries au profil de poissons, fruits, légumes provenant directement du pays.

Certaines personnes n’auront pas goûté un seul plat typique !

Restant sur des standards classiques (hamburgers, gâteaux, biscuits, pâtes en sauces…) toute la semaine !

De la même manière, ils n’auront jamais mis les pieds en dehors du complexe !

Passant la semaine dans un cocon, ne s’intéressant en aucun cas aux gens d’ici ainsi qu’à la culture !

Ces mêmes personnes, achèteront bien entendu la carte postale d’un Pays dans lequel ils n’auront pas mis les pieds avant de rentrer chez eux……

Pourquoi traverser le monde afin de se retrouver dans un pays totalement atypique et fermer les yeux une fois sur place ??

Cette question légitime me conforte dans ma vision générale du monde dans lequel on vit aujourd’hui.

Elle rejoint tous mes articles écrits jusqu’a présent qui est le reflet de ma pensée profonde.

Opulence, confort, surconsommation, arrêter le massacre !!

Tout est dans le titre !

Les gens :

  • Surconsomme car c’est la norme
  • Veulent le luxe car ils y sont habitués
  • Manger en quantité car c’est facile d’accès
  • Tout, tout de suite, il n’est plus nécessaire de ce déplacer en 2019

Cette opulence multi factorielles, nous à rendu accros à notre confort.

Nous rendant totalement aveugle, craintif du monde extérieur et lâche.

A tel point que cela empêche les touristes de sortir d’un hôtel bling-bling pour aller voir les vraies conditions de vie de la majeure partie du pays !

Je pense qu’il faut lâcher son smartphone et sa télévision afin de sortir voir le monde extérieur.

La connectivité est un poison :

  • Elle endoctrine notre cerveau en nous transmettant une vision du monde, d’un mode de penser qui est totalement erroné car basé sur des croyances communes
  • Nous pompes toute notre énergie physique et psychologique
  • Crée des dépendances (notamment au niveau de nos récepteurs sous forme de plaisirs immédiats pour les notifications par exemple)
  • Nous faisant craindre l’ennuie et le silence (pourtant source d’apaisement essentielle pour notre équilibre structurel et biochimique)
  • Nous empêchant de passer à l’action en nous cloitrant sur nos canapés plutôt que de découvrir le monde.

Soyez vrais, intègre et conscient de ce que vous avez déjà, plutôt que de regarder ce que vous n’avez pas !

Car le bonheur, j’en suis maintenant convaincu passe par la découverte de soi et la concrétisation de nos envies profondes.

Afin de vivre pleinement sa vie selon ses termes.

En adéquation avec ses principes et en connaissance de cause !!




0 Comments

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

%d bloggers like this: